Roc City, Round 2

Very often, you can measure how much of a good time you had, when it finally ends. Well, judging by the expressions on both Torres’ face and mine when I sat on the Greyhound bus, I guess it’s all true.

Souvent, on peut mesurer l’intensité d’un moment à la tristesse que l’on éprouve quand il s’achève. A en juger par l’expression sur le visage de Torres et de la mienne quand je me suis assis dans ce bus Greyhound, je suppose que c’est vrai.

Grant saving the mizou, photo by Nick Demarchi

I could say i got kidnapped, or I could say that I kidnapped myself. I could even blame it all on the snow. All I know is it was well worth it ! First, once we got back from Ohio, Grant’s flight got delayed, giving me an excuse to stay in Rochester a little bit longer. Then, the first real snowstorm I’ve experienced hit the town, and made me consider the danger of a bus ride in such bad weather conditions. Eventually, I took a bus on Wednesday night, a sad night indeed.

Je pourrais dire que j’ai été kidnappé, ou alors que je me suis kidnappé moi-même. Je pourrais même tout mettre sur le dos des chutes de neige. Tout ce que je sais c’est que ça en valait la peine ! Tout d’abord, une fois revenu d’Ohio, le vol de Grant pour le Texas a été repoussé, me donnant ainsi une excuse pour rester 24 heures supplémentaires. Puis, ma première vraie tempête de neige a touché la ville, me faisant ainsi considérer les dangers d’un voyage en bus dans ces conditions. Enfin, le mercredi soir, j’ai fini par acheter mon billet; une bien triste nuit en définitive.

Torres & Freddy, by Mike Torres

But I think I can say I enjoyed every hour of it. Every day, Grant and myself would wake up and chill until Mike got back from work (he’s a kick-ass videographer), and then we would most likely make some crazy food experiments (Chicken & Waffles, or even Rochester’s infamous « Garbage plates ») before heading to the X-Dreams skatepark, where we would tear the place down until it closed. After that always remained different options, like going to a house party, or chill with a few beers at Mike’s place. That’s another of my excuses for staying, actually : Mike and his roommates Shima and Dan have an incredible ceiling, lots of space with TVs, comfortable couches, tons of blading videos and a tempting Guitar Hero video game, making their house the perfect chill spot.

Mais je peux dire que j’ai apprécié chaque instant de mon séjour. Chaque jour, Grant et moi-même nous réveillions et profitions de la maison en attendant le retour de Mike de son travail (c’est un excellent videographe), pour ensuite faire quelques expériences culinaires intéressantes (Chicken & Waffles, poulet frit et gauffres, ou bien les folles « Garbage plates » locales, « assiettes poubelles ») avant de regagner le skatepark X-Dreams, où nous roulions jusqu’à la fermeture. Après cela nous avions toujours plusieurs options, comme aller à une fête ou bien nous reposer avec quelques bières chez Torres. C’est d’ailleurs une autre des excuses employées pour retarder mon départ : Mike et ses colocataires Shima et Dan ont un incroyable grenier, beaucoup d’espace avec plusieurs télévisions, des canapés confortables, une jolie collection vidéo et un tentant jeu de guitare virtuelle, faisant ainsi de leur maison une parfaite attraction.

Mike Torres – soyale (photo: Nick Demarchi)

I also got to visit downtown Rochester in freezing cold temperatures, got my picture taken by Dan for own of his school projects (he’s a photography student), and saw some of the spots the town has to offer, like the infamous Riverblock rails and ledges. By the end of my stay, lots of stuff had happened, and not so much at the same time. Building a strong friendship is made of all that, long discussions and parties, and all those short moments that make life much more valuable. Torres, my friend, I have to thank you again for all you did, and all the good times. I truly enjoyed every moment, and appreciate the opportunity you gave me to experience the whole Roc City thing ! We’ll meet again, sooner or later, you’ve got my word on that !

J’ai également visité le centre de la ville dans des températures glaciales, me suis fait tirer le portrait par Dan pour un de ses projets à l’école (il y étudie la photographie), et ai découvert certains des spots de la ville, comme les rails et murets connus de Riverblock. A la fin de mon séjour, nous avions fait à la fois beaucoup et relativement peu. C’est ainsi que l’on construit une amitié durable, entre ces longues discussions et fêtes trépidantes, et tous ces instants brefs qui rendent la vie si appréciable. Torres, mon ami, merci à nouveau pour tout ce que tu as fait pour moi, et tous ces bons moments. J’en ai apprécié chaque instant, et apprécie d’avoir eu la chance de faire l’expérience de Roc City ! Nous nous reverrons, tôt ou tard c’est promis !

Publicités

Étiquettes : , , , ,

2 Réponses to “Roc City, Round 2”

  1. corsica Says:

    Mike a l’air meilleur que toi mon petit Freddy, bien que ton fakie 360 AO top mistrial m’ait impressionné !

  2. AL Says:

    Le poil avant gauche de mon bras avant droit a frétillé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :