Archive for mars 2008

Going back home

mars 20, 2008

When on the road, you never know when you’re going to make a bad decision, or when your luck is going to change. Coming back from the Winterclash took me a little more time than I expected: my plan was to sleep in my bed in Vierzon on Sunday night. Well, it actually took me two more days to make it there.

Sur la route, on n’est jamais à l’abri d’un mauvais choix, et on ne sait jamais quand la chance peut tourner. Revenir du Winterclash m’a pris un peu plus de temps que prévu : j’espérais dormir dans mon lit à Vierzon le dimanche soir. En fait, il m’a fallu deux jours supplémentaires pour y arriver.

Super Mossels – Trailer #2 by Marnix Haak

My plan was to find a car with some French people going back to Paris and an empty seat for me. Unluckily, all the vehicles were packed, and the only people with some place left were not exactly the kind of people I wanted to make the trip with (no offense, Team Newfire). Considering that the train station in Mühlhausen is only a (slow) way to go the closest “big” city, where one has to wait for another train to go to a more “international” train station in Frankfurt, from where (hopefully) one should be able to go to Paris, I decided to try a longer, but cheaper and faster way, and drive back to Holland with the Hooligans. Hans and I left Mühlhausen around noon on Sunday, after getting in another car that was heading directly to Amsterdam, and saying our good byes to everyone. The trip to Holland was kind of quick, the car was fast and comfy, and the video crew producing Super Mossels actually super chill. I finally made it to Amsterdam, and after hugging and thanking Hans for everything, I took a Metro to Centraal Station.

Mon plan était de trouver une place libre à bord d’un véhicule avec Paris pour destination. Malheureusement, toutes les voitures étaient pleines, et les seuls personnes à qui il restait de la place n’étaient pas vraiment les compagnons de route idéaux (sans rancune, Team Newfire). Considérant que la gare de Mühlhausen est seulement un (lent) moyen pour rejoindre la “grande” ville la plus proche, pour ensuite attendre un train pour une gare plus “internationale” à Francfort, d’où avec un peu de chance vous pourrez atteindre Paris, j’ai décidé d’essayer par un plus long, mais plus rapide et économique trajet de rejoinder la France via la Hollande. Par conséquent, Hans et moi-même avons quitté Mühlhausen le dimanche aux alentours de midi, après nous être installés dans une nouvelle voiture rejoignant directement Amsterdam et avoir fait nos adieux à tout le monde. Le trajet fut bref, la voiture rapide et confortable, et l’équipe responsable de Super Mossels super sympathique. J’ai finalement réussi à atteindre Amsterdam, et après avoir salué et remercié Hans, je sautais dans le Metro, direction Centraal Station.

Super Mossels – Trailer #4 by Marnix Haak

That’s where the things got a little bit more complicated. The only train to Paris cost almost 120€, which was more than my budget for the whole week-end trip. I made a quick call to France to make sure Clement still had a mattress ready to welcome me at his place, and eventually took a cheap train ticket (less than 30€) through Holland and Belgium to the French border. That sure was a long ride, but feeling like a zombie kind of help the time to go faster. After a stop in Brussels, where I couldn’t help but think of my friends Stephane Mosselmans and Gregory Defreyne and the first time I made this trip with them, which was a crazy experience, I finally made it to Mouscron/Moeskroen, where my savior was there to rescue me and take me home. I actually ended up spending a whole day there, enjoying my first real meal in 3 days and the awesome feeling of being with my close friends again, when I thought I had definitely left them behind for a 6 months period. We basically spent a lot of time playing Guitar Hero, chilling together and laughing our asses off! But on Thursday it was time for me to take the train again to Vierzon, and prepare my luggage, take some rest, and finally book my plane ticket to America… After what should have been a few hours trip from Germany but turned into a 3 days journey!

C’est là que les choses ce sont compliquées. Le seul train à destination de Paris coûtait presque 120€, ce qui était plus que mon budget pour l’ensemble du week-end. J’ai alors appelé Clément pour m’assurer qu’il y avait toujours un matelas prêt à m’accueillir chez lui, et acheté un ticket à moins de 30€ pour un voyage à travers la Hollande et la Belgique, jusqu’à la frontière française. C’était certainement un long trajet, mais la fatigue aidant, le temps est passé plutôt vite. Après un arrêt à Bruxelles, où je n’ai pu m’empêcher de penser à Stéphane Mosselmans et Grégory Defreyne, les amis avec qui j’avais fait ce voyage pour la première fois l’été précédent, une incroyable experience, je suis finalement arrivé à Mouscron/Moeskroen, où mon sauveur était présent pour me secourir et me conduire jusqu’à chez lui. J’y ai en fait passé toute la journée du lendemain, savourant mon premier vrai repas en trois jours et la satisfaction de retrouver mes amis proches à nouveau, quand je pensais leur avoir fait mes adieux pour les 6 mois à venir. On a surtout passé un bon moment à jouer à Guitar Hero, passant le temps à discuter et à rigoler ! Mais mardi, il était temps pour moi de prendre à nouveau le train pour atteindre finalement Vierzon, y preparer mes bagages et m’y reposer, et réserver mes billets d’avion pour l’Amérique… Après ce qui aurait dû être quelques heures de trajet depuis l’Allemagne, qui en fin de compte s’est transformé en un périple de trois jours !

Mon sauveur, Clement Boucau – edit par Bodchoy

So yeah, you never know when things are going to turn into a complicated trip, and you can’t expect everything to always run smoothly. But this time again, the mess turned into an occasion. The occasion to see Amsterdam and Brussels again before leaving Europe, for instance . Or the occasion to share some good laughs with my friends again, and enjoy my last few days here with the ones I love (I just regret not being able to kiss my whole family). Your trip is what you make it. Of course, you may have to face unexpected problems, but if you’re smart and determined enough to overcome the difficulties, it will turn into another amazing experience in the end. But I would be lying if I said I wasn’t a little stressed when I finally arrived at Charles De Gaulle airport in Paris, though !!!

Au final, on ne sait jamais quand les choses vont se révéler plus compliquées que de prime abord, et on ne peut s’attendre à ce que tout se passé bien, perpetuellement. Mais une fois encore, tout cela s’est trouvé être une occasion. L’occasion de voir Amsterdam et Bruxelles encore une fois avant de partir, par exemple. Ou bien l’occasion de partager à nouveau de grands élats de rire avec mes amis, et de profiter de mes derniers jours sur le continent avec ceux que j’aime (je regrette juste de n’avoir pu embrasser ma famille). Votre voyage est ce que vous en faites. Bien sûr, vous aurez sans doute à affronter des problèmes innatendus, mais si vous êtes assez malins et déterminés pour dépasser ces difficulties, tout cela deviendra une autre experience enrichissante au final. Mais je mentirais si je disais que je n’étais pas un peu angoissé malgré tout, une fois prêt à m’envoler depuis Roissy-Charles De Gaulle !!!

Publicités

Winterclash

mars 17, 2008

It’s a long road, indeed, to Mühlhausen, Germany. Surprisingly, though, skaters from all around Europe (and sometimes even further) make the trip to this little town lost in the middle of nowhere in the middle of winter, to experience this crazy event that is the Winterclash.

La route est longue, il est vrai, jusqu’à Mühlhausen, Allemagne. Pourtant, des skaters venant de toute l’Europe (et parfois meme bien plus loin) font le voyage chaque année jusque cette petite ville perdue au milieu de nulle part et au milieu de l’hiver, pour vivre cette folle experience qu’est le Winterclash.

Hans and myself left Amsterdam quite early, so after drinking a fair amount of coffee, we took a train to Arnhem, near the German border, to meet up with some other Dutch hooligans, and drive all the way to the Clash. It went kind of fast, actually, since we managed to get some more sleep before attending that crazy week-end, and we finally made it to Mühlhausen in the middle of the afternoon on Friday.

Hans et moi-même avons quitté Amsterdam très (trop) tôt. Après avoir bu une bonne quantité de café, nous avons pris le train pour Arnhem, près de la frontière Allemande, pour retrouver d’autres Hooligans et conduire jusqu’au Clash. Essayant de gagner un peu de sommeil avant d’affronter la folie des jours à venir, le voyage passa relativement rapidement, et nous sommes finalement arrivés au milieu de l’après-midi du vendredi.


Louis, Quentin & Antoine, la dream team lyonnaise

Right after buying our passes for the week-end and entering the skate park, we decided to check the new bar and get some beers. Needless to say, it’s not a very smart way to save money, nor a very good idea if you want to stay sober for the week-end. But the great thing about the Winterclash is that it’s not only about the crazy skating that goes down or the contest itself, but about having a good time with friends from all over the world, partying and (sometimes) having a chill session going.

Juste après avoir acheté nos passes pour le week-end et pénétré l’enceinte du skate park, nous avons décidé de tester le nouveau bar et de boire une mousse. Cela va sans dire, ce n’est pas une très bonne façon d’économiser de l’argent, ni une très bonne idée si vous souhaitez rester sobre pour le week-end. Mais le bon côté d’un événement comme le Winterclash, c’est qu’il ne s’agit pas seulement du skating foufou la praline ou de la competition en elle-même, mais de passer un bon moment avec des amis d’un peu partout dans le monde, de faire la fête et (parfois) de rouler tranquillement le park.

Bartek + Freddy + Hanzel = Le Fagz

My highlight of the week-end was definitely getting to meet all my internet buddies from the Be-Mag messageboard, Le Fagz Crew. And we rule as hard in real life as we rule the internet ! And since the Be-Mag booth made a paper version of the message board during the tradeshow, I can assure you that we spammed this board too ! First one we met is my homie Bartek from Poland, but soon after arrived the Swiss people, as well as a shit load of French people from all over the country, and actually way too many people to list. And as always, it’s great meeting new friends and getting to spend some time with the old ones (Yohan, I really hope we’ll eventually get time to see each other more). While going from a discussion to the other and chatting with everyone, there was still some solid skating going down, and people got to shred the park in prevision of the comp that was held on Saturday. Eventually, everybody bounced to the Mc Donald’s nearby while they closed the park to prepare the camping spot, and I chose to make some interesting experiments (see the dedicated topic on FrenchyFries website). That was my only warm food for the week-end, and it was helpful to survive the night in the skate park without a sleeping bag, even though the whole place was heated…

Winterclash ’08 by Razors

Un des meilleurs moments du week-end a vraiment été de rencontrer tous mes copains du forum Be-Mag, Le Fagz Crew. Et on pèse aussi lourd dans la vraie vie que sur le net ! Et puisque le stand Be-Mag avait mis au point une version papier du forum pendant le Tradeshow, on s’est appliqué a en prendre possession. J’ai d’abord rencontré Bartek, venu tout droit de Pologne, puis les Suisses, ainsi qu’une tripotée de français venus de tout le pays, et puis bien trop de monde en vérité pour commencer à en faire la liste. Comme toujours, c’était génial de rencontrer de nouvelles personnes, tout comme le fait de pouvoir passer un peu de temps avec les amis de longue date (Yohan, j’espère vraiment qu’on aura un jour le temps de se voir au calme). Pendant que je passais d’une discussion à une autre et que je papotais avec tout ce joli monde, il y avait du skating bien costaud, et la foule a bien pris possession du park en prevision de la compétition qui avait lieu le lendemain, Samedi. Au final, tout le monde s’est déplacé jusqu’au Mac Donald’s tout proche, pendant que les organisateurs préparaient le park pour la nuit, et j’ai décidé de faire quelques expérimentations culinaires (voir le sujet qui y est dédié sur le site Frenchy Fries ). Ce fut mon seul repas chaud du week-end, et ça m’a aidé à survivre à la nuit dans le skatepark sans sac de couchage, bien que le park soit chauffé…

The winner, Erik Bailey – 450 frontside full torque surrounded by the crowd

On Saturday, the comp got crazy, no need to tell you that, or to describe you the tricks that went down, you’ll just have to watch the pictures and videos by yourself. All I can tell you it that it was really nice to watch all the tricks that went down from the very top of the huge vert ramp, and that you can just be amazed when you witness such an incredible amount of talent first hand. And also feel really proud for our sport/lifestyle. And talking about the lifestyle, it definitely was some dedication to spend my second night in the skate park, sometimes fearing for my life considering the wild crowd attending the Afterclash huge party, and trying to get some rest in the middle of the dead bodies ah ah ! Great times… But these great moments were coming to an end, since on Sunday morning we would have to leave, and little did I knew that my way back to France would be everything but easy…

Le samedi, la compétition fut bien folle, pas besoin de vous le préciser, ou bien de vous décrire toutes les acrobaties qui ont eu lieu, vous aurez simplement à regarder les vidéos pour cela. Tout ce que je peux dire c’est que ce fut là un joli spectacle que j’ai admiré du haut de la rampe, et qu’on peut juste être heureux d’être le témoin d’autant de talent à roulettes. Et fier, aussi, fier pour notre sport/lifestyle. Et en parlant de lifestyle, ça demandait pas mal de passion et de dévouement pour passer cette seconde nuit dans le park, craignant parfois pour ma vie en considérant la foule sauvage qui participait à l’Afterclash, et essayant de me reposer au milieu des corps sans vie ah ah ! De bons moments… Mais ces bons moments allaient bientôt toucher à leur fin, puisque le lendemain matin nous aurions à nous mettre en route, et j’étais bien loin de m’imaginer que le chemin du retour vers la France serait loin d’être facile…

Tim from England, Bart from Poland, Hans from Holland, Tobias from Switzerland, Freddy from France & Claudio and his hand, from Switzerland

Amsterdam

mars 15, 2008

After spending a few days in Lille, I took a train to Amsterdam. You can get the tickets for pretty cheap if you trust your instinct and not the SNCF website. And one thing is for sure, it was well worth the trip ! It feels good meeting new people and having a great time with them when you just said goodbye to your homies.

Après ces quelques jours passés à Lille (et que je croyais les derniers), j’embarque dans le train pour Amsterdam. On peut se procurer des billets pour un tarif raisonnable, si l’on se fie à son instinct et non pas au site de la SNCF. Une chose est certaine, c’est que ça valait le coup ! Cela fait du bien de rencontrer de nouvelles personnes, et de passer de bons moments quand on vient de faire ses adieux à ses amis.

Amsterdam rippers at the Museum Plein mini ramp

People in Amsterdam share a few distinctive traits. They are all very nice and really friendly. And they’re also all crazy. Be it when they skate or just in the way they chose to live life.The 3 days I spent in Holland were definitely really cool, I got to skate the new outdoor mini ramp that was built on Museumplein, and where Edwin showed everyone why he’s got clips in all the Southern California videos even though he lives 10.000 miles away. We also had a session in the indoor skate park, Everland, which was more about drinking beer at the bar than actually skating after a few harsh bails for everyone, but really fun nonetheless. And once again, local rippers killed the place, and Adil Farhouni used his ultra fast legs to land some next level switch-ups. Best part of the evening certainly being the discussion about Belgium on the ferry back to A-Dam with Crazy JJ, and why we both love this country so much. Next day was a little fool around session at the outdoor skate park (another proof of the many incredible spots you can find all around the city), which ended with the rain, but was definitely really good both for our legs and our souls. Next thing I know is I am eating the cheapest kebab I’ve ever bought and we’re chilling at Hansel’s place (better known as Mr. Hans Hockey), chilling and relaxing before the long road awaiting Hans and myself, all the way to Muhlausen, Germany, for the infamous Winterclash.


Freddy, Dennis, Crazy JJ & Hans

Les membres de la scène d’Amsterdam partagent quelques traits distinctifs. Ils sont tous réellement accueillants et gentils. Et ils sont tous fous, que ce soit dans leur façon de skater ou dans la manière de mener leur vie. Les trois jours que j’ai passé en Hollande étaient définitivement très agréables. J’ai pu skater la nouvelle mini rampe à spine de 15 mètres construite sur Museumplein, où Edwin a montré à chacun pourquoi il a des images dans toutes les videos californiennes bien qu’il habite à 15 000 km. Nous avons également roulé le park indoor, Everland, session bien marrante bien qu’après quelques chutes la plupart se soit retrouvé au bar. Et une fois encore, les tueurs locaux ont retourné le spot, et Adil Farhouni a replaqué quelques switch-ups à Mach 10. La meilleure partie de la soirée fut certainement la conversation sur le Ferry qui nous ramenait vers Centraal Station, quand Crazy JJ et moi-même discutions de notre amour pour la Belgique… Le jour suivant, nous fîmes une session tranquille au skate park extérieur (une nouvelle preuve de l’incroyable quantité de spots de qualité à travers la ville), qui se termina avec la pluie, mais fut définitivement bénéfique, pour nos jambes comme pour nos esprits. Nous avons fini par déguster le kebab le moins cher que j’ai jamais mangé (2 €) et sommes restés tranquillement chez Hansel (plus connu sous le nom de Hans Hockey), nous reposant avant la longue route qui nous attendait, Hans et moi, jusqu’à Muhlausen (Allemagne), pour le mythique Winterclash.

Hans Hardonk killing Olympia Klein’s curb

Shout outs go to Hans and his roommate for letting me stay at their place and the really good vibe, all the A-Dam rollerbladers which are definitely too many to name them all, thanks for the sessions and the good times. Special award goes to Hansel (again) and his magic-knees abilities, thanks again for saving my life and being an awesome friend, as well as a great skater.

Mes remerciements vont à Hans et son colocataire pour l’ambiance et m’avoir laissé dormer chez eux, tous les skaters d’Amsterdam qui sont bien trop nombreux pour qe je les cite tous, merci à vous pour les sessions et les bons moments, avec ou sans roulettes. Le trophée special va à Hansel (à nouveau) et à ses genoux magiques, merci encore pour m’avoir sauvé la vie et pour être un bon ami, tout comme un excellent skater.

Road tripping

mars 14, 2008

I spent a lot of time on the road, lately. Maybe traveling around Europe was the best way to prepare myself for those 6 months spent on the other side of the planet, in sunny southern California. So here is a short reminder of what I have been up to right before booking my plane ticket…

J’ai passé pas mal de temps sur la route, ces dernières semaines. Peut-être que voyager à travers l’Europe était le meilleur moyen pour moi de me préparer à ces 6 mois de l’autre côté de la planète, dans le soleil de la Californie du sud. Voici donc un court resumé des journées qui ont précédé mon départ…


Moment Nesquik pour Timon

First step was moving out of my apartment in Paris. From then on, I was free, and my first decision as a free man was to buy a train ticket to Lille. I have been claiming my love for the North for a few years now, and trying to get friends from all around the country to come and visit. No matter what, I always know it’s going to be a great time there. We’ll get a session going, and then we will most probably head to one of our favorite food place right before crashing some party, but one thing is certain, we are going to have lots of fun. Friends. Friends make everything more enjoyable, they make even the shitty moments worth it, like spending hours stuck on the freeway thanks to exploding wheels. I wouldn’t have enough kind words to thank them; they know who they are anyway. But thank you guys for giving me a place to crash, thanks for the road trips all around the place, thanks for all the laughs of course, and thanks for being there and being who you are.


Guacamole & Benny on the Freeway

La première étape était de me séparer de mon appartement parisien. Enfin, j’étais libre. Et ma première decision d’homme libre fut d’acheter un billet de train pour Lille. J’ai clamé mon amour pour le Nord depuis quelques années à present, et essayé de persuader des amis à travers toute la France de venir m’y rendre visite. Quoiqu’il arrive, je suis toujours assuré d’y passer d’excellents moments. On organisera une session, avant de faire étape dans un de nos restaurants préférés puis de nous inviter dans une quelconque soirée… Une chose est certaine, quoiqu’il nous arrive, on va bien s’amuser. Les amis rendent tout plus agréable, même les moments les plus difficiles, comme de passer des heures sur le bord de l’autoroute après l’explosion spontanée d’un pneu de notre véhicule. Je n’aurais pas assez de mots pour les remercier; ils savent qui ils sont de toute façon. Mais merci les copains de me procurer un endroit où dormir, merci pour les voyages ici et ailleurs, merci pour toute cette rigolade bien sûr, et merci d’être là et d’être vous.